La Mairie

L’horloge et la cloche
Dans le hall d’entrée de la mairie d’Offemont, une magnifique horloge en fer, très certainement datée du XVIII-XIXe siècle, égraine son tic-tac. Cette horloge n’entraînait qu’une aiguille en façade, la légèreté du mécanisme ne permettant pas d’autres accouplements. L’horloge est de petite taille, le mécanisme de sonnerie a été raccourci afin de permettre la pose d’une cloche sur le bâti.

La Marianne
Notre Marianne, unique, a été inaugurée le 17 mars 2016. Réalisée dans le plus grand secret par Mme Geneviève BROCARD et M. Jean-Marc MÜLLER, son dévoilement n'a laissé personne indifférent. Elle veille désormais au respect des valeurs de la République en salle du Conseil. Les affiches des différents Présidents de la République et des Maires d'Offemont de 1792 à nos jours ont trouvé place à ses côtés.

Les tableaux
Accueil de la mairie : "La guerre d'espagne" Raymond MORETTI
Salle du Conseil Municipal : "Les jardins ouvriers" Bernard GANTNER

La bibliothèque participative
Vous pouvez retrouver une bibliothèque participative à l'accueil de la mairie d'Offemont. Le principe est simple : vous pouvez y emprunter gratuitement des livres et y faire des dons.

Le Ginkgo Biloba
Situé en bas du parking, ce Ginkgo Biloba est un arbre de la famille des Ginkgoacées, l’une des plus anciennes familles d’arbres au monde. Il a de nombreuses propriétés médicinales. Il favorise une bonne circulation sanguine et renforce les fonctions cérébrales. En Asie, les feuilles de ginkgo sont utilisées en décoctions pour soulager les affections respiratoires comme l'asthme ou la bronchite, mais aussi en tant que vermifuge. Quant aux graines, elles servent à préparer des remèdes contre les troubles urinaires. En cataplasmes, il aide également à la cicatrisation des ulcères et des ecchymoses. De nombreux soins cosmétiques utilisent le ginkgo comme base, pour ses propriétés protectrices et réparatrices sur la peau.

"Le coin des amoureux"
Ce lieu, à l’abri des regards indiscrets, est le point de rencontre des amoureux et des jeunes de la commune. Le soir, ces bancs sont un point de vue idéal sur la Miotte et sa tour éclairée.

L’église Saint-Augustin

L’église
La construction de l’église, propriété de la commune, commença en 1844 à l’initiative de l’abbé Fietier, curé de Belfort, qui en fut le maître d’œuvre. Les carrières de grès d’Offemont fournirent les pierres. Les pierres de l’ancienne chapelle, située de l’autre côté de la route, ont été réutilisées pour la nouvelle construction. En 1844, les murs et le toit étaient en place ; en 1845, on fit les voûtes en bois ; en 1846, le pavage, les bancs et un petit clocher de bois. Le clocher actuel, signé de l’architecte Charles Genty, ne fut construit qu’en 1864. Le coq situé sur le clocher date de 1891 (il contient la liste des habitants de la commune qui ont participé à sa pose et à sa réfection en 1931 et 1973). La première messe fut célébrée le 28 août 1846 en la fête de Saint Augustin, patron de la paroisse. L’église, de style néo-gothique, est composée d’une nef et d’un chœur; elle n’a pas de transept. Dix piliers soutiennent la voûte en bois. Ces piliers sont en bois, seul celui qui soutient la chaire est en pierre. En 1959, la voûte a été fermée par un plancher. Les vitraux datent d’après la guerre de 1939-1945.

Les cloches
Les quatre cloches : « Jeanne Marie » (850 kg), les deux « Catherine » (550 et 350 kg) et « Marie » (150 kg) ont été fondues en 1862.

L’horloge
Le mécanisme de l’horloge a été construit entre 1853 et 1859 par l’atelier Ungerer. L'horloge sonne les demi-heures et les heures grâce à un marteau qui frappe une des cloches (Jeanne Marie). Le mécanisme de l’horloge est situé dans le clocher au niveau du plafond actuel. Un système de tiges et de cardans renvoie l'heure aux cadrans situés sur les 4 faces du clocher. Les aiguilles bougent par à coup toutes les 30 secondes. L'axe du balancier est en bois pour limiter les variations de longueur dues aux variations de température qui dérèglent l'horloge. Le poids qui l'actionne est remonté automatiquement par un moteur électrique. Cette horloge est, dans la région, une des rares horloges de cette époque à encore fonctionner.

Les croix en grès
Dans le mur de la façade nord de l’église, le médaillon d’une croix en grès, à l’effigie de St Guérin (patron de la première chapelle de la commune) et aux armes de Mazarin, a été inséré. Le pied de la croix a été incorporé dans la maçonnerie de l’angle sud-est de l’église. Cette croix date de 1760. À l’intérieur de l’église, une croix datant de 1712 représente une nativité. C’est l’original de la croix des Soiras. La croix est inscrite au titre des monuments historiques depuis le 27 mai 1964.

http://www.patrimoine-horloge.fr/

Découvez l'album photos :

L'église Saint-Augustin

Rue des cerisiers

La croix
Cette croix de chemin, datant de 1785, est située au carrefour de la rue des Maquisards et de la rue des Cerisiers. Les croix de chemin, de formes, de tailles et de matières variées, agrémentent aussi bien les bourgs et les hameaux que les routes de campagne et symbolisent l’acte de foi de la communauté. On les rencontre souvent aux carrefours, elles guident le voyageur et le protègent de l’inconnu et des mauvaises rencontres. Lorsque la croix est érigée, elle est bénie, et fait généralement l’objet d’un culte : on y faisait le plus souvent des processions, mais pour les croix éloignées des bourgs ou dans des hameaux isolés, les manifestations étaient beaucoup plus humbles : les bergères allant aux champs accrochaient au fût de la croix un rameau de genêt, ou déposaient un bouquet de fleurs.

La borne géographique
Si vous avez le temps, allez admirer la stèle en vous rendant rue sous la Miotte. Elle est situé sur une propriété communale, entre Belfort et Offemont.

Monument du Maquis de Chérimont
Ce monument se dresse au lieu-dit « Le Pertu » à l’orée de la forêt communale d’Offemont. Sur l’obélisque de granit est portée l’inscription : « Ici 20 français ont été massacrés par les Allemands le 26-09-44 ». Leurs corps ont été découverts par un agriculteur au printemps 1945.

Les Soiras

La fontaine des maçons
Située sur un chemin de terre entre les communes de Vétrigne et d'Offemont, à 100 m environ de la route, cette source ravitallait en eau potable les ouvriers travaillant dans les carrières et ceux qui construisaient les maisons.

Le lavoir
Il est situé en face du chemin de terre, au bord de la route.

Le rond-point

L’arbre de la liberté
En Mai 1790, un curé républicain, l'Abbé Robert PRESSAC, planta près de son église, à SAINT-GAUDENS, un arbre de la liberté et déclara devant ses ouailles rassemblées. "Au pied de cet arbre, vous vous souviendrez que vous êtes français, et, dans votre vieillesse, vous rappellerez à vos enfants l'époque mémorable à laquelle vous l'avez planté." Ainsi pris racine le premier arbre de la Liberté. Le 21 mars 1989, plus de dix mille communes ont célébré très écologiquement le Bicentenaire, en plantant le plus souvent des tilleuls. À Offemont, la plantation d'un tilleul a eu lieu en présence des édiles locaux et avec la participation d'écoliers. En 2009, l'arbre a été abattu lors de la création du rond-point place Jean Moulin. En 2016, pour renouer avec cette tradition républicaine, un arbre de la liberté, un tilleul, a été planté le 17 mars, aux abords du rond-point Berthie Albrecht.

Deux croix de chemin en grès
Deux croix anciennes ont été déplacées devant le cimetière et mises en valeur. La croix de St Guérin ou de St Augustin (les avis divergent), qui date de 1716, était située initialement au niveau du carrefour de la rue Aristide Briand et de la rue des Eygras. La croix représentant une scène de la nativité, datant de 1712, qui se trouvait aux Soiras est une copie de la croix située dans l'église.

Ancien monument aux morts
Dans le cimetière, se trouve l'ancien monument aux morts.

Rue Aristide Briand

Les vestiges Gallo-romains : le fanum
Ce petit temple de forme rectangulaire date de l’époque romaine (Ier siècle). Ses fondations en grès sont visibles depuis la rue Aristide Briand, à proximité du monument aux morts. Le Fanum était situé le long de la voie d’accès à la villa romaine d’Offemont, qui se trouvait derrière le quartier des Casernes au lieu-dit « le Ballon ». Au centre de la cella, pièce centrale du Fanum, des offrandes étaient faites aux dieux que les « Offemontois » gallo-romains vénéraient.

Le monument aux morts
L’emplacement du monument aux morts, situé le long de la rue Aristide Briand, près du bois de l’Arsot, a été choisi au terme d’une coopération entre élus et anciens combattants. Ce mur de granite porte le nom des Offemontois, morts pour la France, pendant les guerres de 1914-1918, 1939-1945, les guerres d’Indochine et d’Algérie. Il porte également le nom des hommes des commandos, morts au champ d’honneur pour la liberté de Belfort et de ses environs, les 20, 21 et 22 novembre 1944, ainsi que les soldats portés disparus.

La stèle du Docteur Pierre
Située à proximité du monument aux morts, la stèle du Docteur Pierre a été érigée en remplacement de la tombe-stèle se trouvant dans le bois de l’Arsot et portant l’inscription : «Ici a voulu reposer le Docteur Pierre (1917-1985) en mémoire de ses camarades du 3e commando d’Afrique tombés au bois de l’Arsot le 22-11-1944». Cette inscription a été reportée sur la nouvelle stèle.

La stèle des Commandos d'Afrique et de Provence
Située en face de la Poste, cette stèle a été érigée en commémoration des 40 Officiers, Sous-Officiers et volontaires du Groupe de Commandos d'Afrique et de Provence, tombés au combat du 20 au 23 novembre 1944 à Offemont.

La M.I.E.L.

La M.I.E.L.
La MIEL est située rue des Eygras en limite de la zone urbaine et de la zone naturelle. Sa forme allongée, son toit légèrement incliné, ses terrasses laissent apercevoir les collines de la Miotte, du Salbert, du Rudolphe, les pâtures et les champs, les toitures du village et le clocher de l’église. La commune d’Offemont a obtenu, en 2003, le premier prix d’architecture de Franche-Comté pour sa réalisation. Son architecte Philippe Jean a su mêler pureté des lignes, fonctionnalité, convivialité des lieux, ouverture sur l’extérieur et parfaite intégration dans l’environnement.

Le grand livre du temps
Situé dans le hall d'entrée de la M.I.E.L., cette sculpture a été réalisée par l'artiste Nisa Chevènement en 2008.

 

Parcours à la découverte du patrimoine d'offemont